La police des polices à portée de clic pour tous les citoyens : avancée démocratique ou usine à gaz dangereuse ?

See on Scoop.itManuel Valls

Manuel Valls a annoncé dimanche soir sur M6 qu’à partir du 1er septembre les citoyens pourront se plaindre des dérapages policiers directement à l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), la « police des polices », sans autre intermédiaire qu’un site internet.

 

Atlantico : Manuel Valls a annoncé dimanche soir sur M6 qu’à partir du 1er septembre les citoyens pourront se plaindre des dérapages policiers directement à l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), la « police des police », sans autre intermédiaire qu’un site internet. Cette réforme participe de la volonté affichée du Ministre de l’intérieur de renforcer la déontologie policière. Comment cela est-il perçu dans les rangs de la Police ? Peut-on parler d’avancée démocratique ?

Céline Berthon : La Police n’a pas à rougir de sa pratique déontologique. L’ouverture aux citoyens d’un outil permettant de faire connaître des motifs de mécontentement ne nous paraît pas scandaleuse. Jusqu’à présent, il y avait possibilité de venir se plaindre directement à l’Inspection Générale des Services (l’IGS, qui dépend de la Préfecture de Paris, ndlr). L’IGPN, qui sera désormais présente sur tout le territoire, ne l’est pas pour autant dans tous les endroits où il y a des commissariats. C’est pourquoi un système intermédiaire est mis en œuvre de manière centralisée.

 

 

See on www.atlantico.fr

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s